Comment aménager les combles ?

Comment aménager les combles ?

Vous souhaitez agrandir la surface habitable de votre maison ? Plusieurs solutions existent selon l’architecture de vos combles. Avant toute chose, pensez à respecter quelques étapes indispensables !

 

Une surface est dite « habitable » si sa hauteur sous plafond est de 1,80 mètre minimum. Si vos combles ne correspondent pas à ces critères, il est possible de recourir à une entreprise spécialisée pour modifier la charpente, surélever le toit ou créer un plancher.

Bon à savoir : Les combles non aménagés ne sont pas pris en compte dans une surface habitable.

 

1.       Effectuer les démarches administratives nécessaires

La première étape avant de transformer les combles est de savoir s’il est possible de créer de la surface habitable. Il faut vérifier le coefficient d’occupation des sols de la parcelle qui fixe la densité maximale de construction susceptible d’être édifiée sur un terrain.

Une déclaration préalable suffit si les travaux créent une surface habitable de moins de 40 m², sans modifier ni le volume de la construction, ni son aspect extérieur, ni agrandir la surface totale au-delà de 150 m². Dans les autres cas, un permis de construire et un architecte sont obligatoires.  Par ailleurs, si la maison se trouve dans un secteur protégé, le projet sera soumis à l’architecte des Bâtiments de France.

 

2.       Vérifier l’état de la toiture

Le rôle de la toiture est de protéger la maison des intempéries. C’est pourquoi il est important de la faire vérifier tous les deux ans voire tous les ans.  Le couvreur vérifie si des tuiles ou des ardoises sont poreuses ou cassées. Il vérifie également si un traitement hydrofuge ou un démoussage doit être entrepris, ou si la réfection totale de la toiture s’impose.

 

3.       Modifier et traiter la charpente

Une charpente est un assemblage complexe de pièces, de bois le plus souvent. Certaines pièces, comme les poinçons ou les contrefiches, peuvent gêner la circulation et contrarier l’aménagement. Toute modification de charpente est coûteuse et passe forcément par un professionnel, seul à même de garantir la stabilité de l’ensemble.

La solution :

Une charpente traditionnelle se compose d’un petit nombre de fermes, souvent une à chaque extrémité et une au milieu. La modification consiste à remplacer les pièces de bois barrant l’espace par des éléments moins encombrants et placés au plus près des rampants. Il peut être nécessaire de renforcer le plancher en doublant les solives avec des matériaux.

Une charpente industrielle se compose, d’un grand nombre de fermes de petites sections très rapprochées. Avant de pouvoir en supprimer certaines, il faut renforcer le plancher de mur à mur et le rendre indépendant du plafond qui y est accroché et qui, sans cela, risquerait de se fissurer.

 

 4.       Isoler les combles

 Dans une maison, 30 % des déperditions de chaleur se font par le toit, d’où l’importance de soigner l’isolation thermique des combles. Elle permettra aussi de se protéger des fortes chaleurs l’été !

La solution :  

– Les isolants synthétiques (mousse de polyuréthane ou polystyrène extrudé) protègent efficacement du froid comme du chaud. Présentés en panneaux rigides, ils ne se fixent que sur des surfaces parfaitement planes.

– Les isolants écologiques (laine de mouton, coton, chanvre) sont commercialisés en vrac (combles non aménagés) ou sous forme de rouleaux et de panneaux semi-rigides (combles aménagés). Issus de matières premières de nature et qualité variable, la résistance thermique de ces produits est difficile à garantir.

 

 5.       Remettre le sol de niveau

– Sur une dalle sèche. Vous pouvez poser de la vermiculite sur le support sain puis compactée, avant de la recouvrir de panneaux de particules, puis d’un revêtement décoratif au choix.

– Des panneaux isolants rigides. Légers et faciles à manipuler, ils se mettent en œuvre facilement. Après recouvrement par des panneaux de particules, ils acceptent la plupart des revêtements et apportent un surplus d’isolation thermique et phonique.

Conseil : Si le plancher est en bon état, une sous-couche acoustique sera néanmoins intercalée avant la mise en œuvre du revêtement pour limiter les nuisances sonores. 

 

 6.       Cloisonner

– Les plaques de plâtre et plaques en gypse et cellulose se vissent sur une structure métallique. L’intégration de laine minérale entre les plaques permet d’optimiser l’isolation acoustique.

– Les carreaux de béton cellulaire se découpent facilement et se montent à la colle. Ils offrent de bonnes qualités thermique et acoustique.

Conseil : Cloisonnez futé ! Pourquoi pas à l’aide de meubles cloisons (hauteur de 1,50 m environ), de meubles séparateurs de pièce offrant des rangements accessibles depuis les deux côtés, ou de meubles escaliers qui suivent la pente du toit ? 

 

 7.       Eclairer

Facile à poser, y compris en rénovation sans intervention sur la charpente, la fenêtre de toit  est disponible dans de nombreux formats standard ou sur mesure.

– Une lucarne se compose d’une fenêtre verticale et de joues maçonnées. Si son installation nécessite une pente de toit d’au moins 30°, elle se décline dans une large palette de formes et de styles. Cependant, elle distribue la lumière de façon localisée et sa mise en œuvre est lourde.

– Une ouverture en pignon préserve la toiture, mais sa création peut être problématique en raison des reports de charge. Attention également à respecter les servitudes de vue.

Conseil : Prenez garde à l’effet de serre avec des fenêtres de toit. Pour l’éviter, il est impératif de prévoir des solutions d’occultation, stores intérieurs dotés d’une face réfléchissante ou volets roulants. 

 

 

Cet article vous a intéressé(e)  ? Inscrivez-vous à notre newsletter et bénéficiez de nos conseils !