Envie d’une véranda ? Ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Envie d’une véranda ? Ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Ouverte ou fermée, une véranda est une belle opportunité d’agrandir sa maison de profiter de l’extérieur. Mais attention : il y a des règles à respecter et des coûts à calculer.

 

QUE DIT LA LOI ?

Concernant le droit de l’urbanisme

  • Aucune formalité n’est exigée pour créer une surface plancher ou une emprise au sol inférieure à 5m².
  • Une déclaration préalableest exigée pour les travaux qui créent entre 5 m² à 20 m² de surface de plancher ou d’emprise au sol.
  • Le seuil de 20 m² est porté à 40 m² si la construction est située dans une commune couverte par un Plan Local d’Urbanisme (PLU) ou un document assimilé (comme un plan d’occupation des sols).
  • Un permis de construire est exigé :
  • Pour les travaux qui ont pour effet de créer une surface de plancher ou une emprise au sol supérieure à 20 m²,
  • Pour les travaux qui ont pour effet de créer une surface de plancher ou une emprise au sol supérieure à 40 m² dans les zones urbaines couvertes par un PLU ou un document assimilé.
  • Toutefois, entre 20 et 40 m² de surface de plancher ou d’emprise au sol, un permis de construireest exigé si, après réalisation, la surface ou l’emprise totale de la construction dépasse 170 m².

Bon à savoir : La surface de plancher correspond à la somme des surfaces de plancher closes et couvertes sous une hauteur de plafond supérieur à 1.80 mètre calculé à partir du mur intérieur des façades du bâtiment excluant ainsi les épaisseurs correspondant à l’isolation.

L’emprise au sol est la projection verticale du volume de la construction, débords et surplombs inclus (balcon).

Concernant les normes d’habitabilité et de construction

L’installation de la véranda ou de la terrasse couverte doit avoir être conforme aux normes de construction en vigueur, et notamment une assurance dommage ouvrage doit avoir été souscrite.

Concernant le droit de la copropriété

Il existe des éléments à vérifier lorsque le bien est en copropriété, notamment il faut regarder si :

  • L’autorisation du syndicat des copropriétaires a bien été obtenue pour création de surface, car le droit de construire appartient à la collectivité des copropriétaires,
  • L’installation de la véranda ou de la terrasse couverte nécessite une autorisation du syndicat des copropriétaires s’il y a ancrage ou percement des murs porteurs qui sont des parties communes,
  • L’installation de la véranda ou de la terrasse couverte n’entraine pas une modification de la répartition des charges de copropriété, donc des tantièmes.

La prescription, à  défaut  à d’autorisation du syndicat des copropriétaires est de 30 ans.

Bon à savoir : La prescription est un délai au terme duquel un droit ne peut plus faire l’objet de recours, ou au terme duquel un droit est acquis par l’usage.

Concernant les biens en lotissement

Il faut regarder si l’aménagement à réaliser est compatible avec des servitudes éventuelles ou avec les règles d’un cahier des charges de lotissement.

 

COMBIEN ÇA COÛTE ?

  • Véranda en aluminium

Il faut prévoir entre 20 000 € et 25 000 € pour une véranda en aluminium de 20 m². En effet, le prix d’une véranda en aluminium au m² varie entre 900 et 1100 €.

  • Véranda en bois

Le prix d’une véranda en bois dépend du type de bois utilisé. En moyenne, il faut compter dans les 20 000 € en entrée de gamme. Ce prix peut atteindre les 35 000 € pour du bois haut de gamme.

  • Véranda en PVC

La véranda en PVC est la plus abordable du marché. Pour 20 m², prévoyez un budget de 15 000 à 20 000 €.

  • Le coût d’une véranda en fonction de l’isolation

Certains matériaux procurent une meilleure isolation que d’autres. Il faut donc opter pour des matériaux offrant une très bonne isolation pour les vérandas destinées à servir toute l’année.

 

COMMENT S’Y PRENDRE ?

 

L’atout lumière de la véranda

La partie la plus concernée est la toiture, puisque c’est elle qui sera exposée au zénith. Il s’agit d’anticiper la trajectoire solaire estivale pour assurer une couverture opaque aux points les plus chauds. Pour assurer une meilleure cohérence architecturale, on peut alors choisir une couverture classique du même revêtement qu’en toiture du bâtiment principal. Il sera toutefois préconisé d’installer des fenêtres de toit basculantes à 90° qui permettront d’éviter l’effet de loupe une fois ouverte à la verticale.

Pour plus de luminosité sans effet de chauffe, beaucoup de vérandas ont un toit fait de panneaux composites partiellement transparents. Ils permettent de protéger l’intérieur du soleil tout en laissant filtrer la lumière. Il existe aussi des solutions de couverture translucides innovantes permettant de répondre au dilemme entre toiture vitrée trop lumineuses et panneaux composites trop opaques.

Enfin il existe aussi des vérandas rétractables qui permettent de s’adapter parfaitement à la météo en s’ouvrant totalement sur l’extérieur quand il fait chaud.

Le rôle clé du vitrage

Deux matériaux principaux sont utilisés : le verre ou le polycarbonate.

Le polycarbonate est un composite plastique très résistant aux chocs et s’avère être un excellent isolant thermique. Ce matériau est beaucoup moins cher que le verre mais nécessite un entretien de véranda irréprochable car il a tendance à tâcher et peut aussi devenir très bruyant en cas de forte pluie.

Le verre permet d’obtenir le plus haut niveau de luminosité et de résistance énergétique à long terme.

Il existe différents types de verre :

  • Le feuilleté ou antieffraction dont la résistance est renforcée,
  • Le verre à contrôle solaire qui permet d’éviter l’effet de loupe,
  • Le verre autonettoyant qui évite les entretiens contraignants.

L’importance d’une véranda bien chauffée

Outre la qualité du vitrage, il s’agira dès la conception de rechercher l’apport solaire en saison froide. Autre point important, la parfaite étanchéité de la structure, notamment à ses points d’ouverture garantira une isolation optimale de la véranda. De plus, un appoint de chauffage pourra s’envisager. On pourra choisir d’installer des radiateurs de chauffage central, ou des radiateurs électriques ou un poêle ou une cheminée.

La nécessité d’une véranda ombragée

Il est aussi possible de générer de l’ombre à l’extérieur de la véranda avec l’installation d’un voile d’ombrage ou une pergola à proximité. Le moyen le plus efficace est de la construire sous un grand arbre à feuilles caduques dont les feuilles l’abriteront du soleil en été, mais qui laissera filtrer la lumière en hiver.

Le mobilier adéquat à la véranda

Si votre véranda est faiblement isolée, il faudra alors plutôt vous tourner vers du mobilier conçu pour supporter l’humidité et les écarts importants de température. Il sera possible d’aménager intégralement sa véranda avec du mobilier spécifique, quelle que soit la fonction attribuée à la pièce. Par ailleurs, les plantes que vous choisirez d’installer sous la véranda seront tributaires de son niveau d’isolation.

 

 

Vous avez un projet immobilier ? Bénéficiez de nos conseils et contactez notre agence !

Formulaire de contact


*Champs obligatoires